De nombreux SERP considèrent la vitesse de chargement d’une page web comme un « signal » de qualité, indispensable pour le référencement SEO. Or, elle dépend le plus souvent, du débit de la connexion internet, mais surtout, du poids des pages. Cet article explique comme la lourdeur des pages peut devenir un frein à un bon référencement et comment procéder aux améliorations indispensables.

Pourquoi faut-il surveiller la vitesse de chargement d’un site web ?

Google prend en compte la vitesse d’affichage des pages d’un site comme critère de référencement. Plus les pages se chargent vite, plus le positionnement, en théorie, est meilleur. Bien entendu, ce critère n’est pas prioritaire, mais il conserve son importance, car il a un impact majeur sur l’expérience client.

vitesse-chargement-page-poidsL’expérience client est devenue un indicateur de satisfaction d’une grande importance pour les entreprises. Les internautes sont en effet, devenus de plus en plus exigeants sur la qualité du service offert. Selon une étude récente, près de la moitié des internautes, estime que la vitesse de chargement acceptable pour une page de sites d’achats en ligne devrait être de 2 secondes. En France, le temps de chargement médian est de 6 secondes.

Ainsi donc, les pages trop lentes à s’afficher sont rapidement fermées. Or, lorsque les pages sont trop lourdes, cette vitesse peut sensiblement ralentir. Il est donc vivement conseillé de surveiller régulièrement les performances de son site.

Comment alléger les pages d’un site web ?

Avant d’envisager un quelconque changement, il faut commencer par évaluer les performances de son site. Des start-ups proposent de nombreux outils de mesure adaptés :

  • Le service Pigdom est gratuit et très efficace pour tester les performances d’un site.
  • Webpagetest permet de tester gratuitement son site sous différents navigateurs
  • Yslow est le plugin de Yahoo
  • WooRank et un outil plus complet, mais payant

Les actions à mener pour réduire le poids des pages web sont nombreuses et variées. En fonction du résultat obtenu, il est par exemple, possible de redimensionner ou de redéfinir le format des images (GIF étant un format plus approprié pour les illustrations couleur, JPEG pour les images pleines de détails, PNG pour garder la qualité des transparents).

La compression des fichiers JavaScript permet d’alléger considérablement le poids de la page (jusqu’à 70%). Mais la meilleure option serait de les externaliser pour libérer de l’espace et de la mémoire. Plusieurs autres techniques existent comme supprimer les espaces blancs dans les codes, mettre les pages en cache, mettre les pages statiques en HTML, configurer et personnaliser la gestion de mémoire du serveur, etc…

Voir aussi :